LYON eurexpo france 29 novembre > 2 décembre 2016

27e salon international des équipements,
des technologies et des services
de l’environnement

  >     >   Programme des conférences

Visiter Programme des conférences

Liste des conférences recherchées

21 Résultat(s) trouvé(s) pour :

Espaces d’animation : Village Sites et sols

Pilotes multiples pour appréhender des contaminations croisées

Mardi 29 nov. 14h05
14h50

Présentation

Français

Le site concerné hébergeait une ICPE de fabrication de pièces mécaniques, qui a laissé des pollutions aux hydrocarbures et solvants, selon des panaches de formes différentes, dans l’ensemble des milieux d’exposition. La phase d’essais a pour objectifs d’orienter la stratégie de réhabilitation globale du site en vue de son réaménagement (levées de doutes et optimisation du PdG). 1.Environnement du site zone périurbaine. Terrain de 8 ha ; bâtiments démantelés. Les surfaces couvertes sont constituées des dalles bétons et des enrobés. L’essai concerne le traitement de deux zones sources juxtaposées, en HCT et COHV. Le site est situé sur un ancien marais remblayé : sous la couche de forme, on trouve 1 à 3 m de remblais anthropiques perméables et des tourbes alluvionnaires, surmontant la craie. L’épaisseur de ces formations est variable et les interactions matrice/polluant génèrent des comportements très différents de la pollution dans ces 2 matrices. 2.Objectifs des pilotes Les objectifs de ces essais sont : •La détermination d’objectifs techniquement réalistes et/ou cohérents avec l’usage futur du site. •pré-dimensionnement des installations pour le traitement à pleine échelle du site. •calendrier d’intervention. La mesure de gestion retenue doit permettre de traiter les horizons imprégnés sinon, ces zones, notamment situées en zone saturée, continueront à alimenter les milieux gaz et eaux du sol. 3.Stratégie d’essais VALGO a comparé de nombreuses modalités de mise en œuvre, seules ou en combinaison : - essai de pompage ; - test de perméabilité de l’air ; - Après pompage, traitement par SVE, avec ou sans injection d’air « tiédi » ; - Extraction multiphase dans les puits profonds L’injection d’air chaud vise, d’une part, à sécher les sols, afin d’en ouvrir les pores et favoriser la circulation d’air, et d’autre part à accélérer les phénomènes de volatilisation. 4.Conclusions Le suivi des procédés a permis : - de diminuer de 80% les cumuls d’eau ; - de montrer le fonctionnement des nappes ; - de diminuer les teneurs en polluants dissous, ainsi que dans les gaz du sol; - de réviser les rayons d’influence à la hausse ; - de positionner les réserves en gaz (montrées par l’effet rebond).

Organisateur : VALGO

Dynamiser un bio-réacteur naturel pour la dépollution des nappes phréatiques contaminées par des solvants et métaux lourds : Etude de cas

Mardi 29 nov. 15h00
15h45

Présentation

Français

Les outils d'investigations pour la réalisation des études de faisabilité technico-économiques d'application d'une dynamisation des bio-réacteurs naturels sont présentés (accepteurs d'électrons, fractionnement isotopique, analyses éco-toxicologiques microbiologiques, analyses moléculaires de l'ADN bactériologique par PCR, tests de minéralisation et de respiration, challenge tests microbiologiques et biochimiques, tests sur des substratums, nutriments et consortiums bactériologiques, etc). L'application des tests pilotes et du traitement (grandeur nature) de dépollution via la BAND : Bio-Atténuation Naturelle Dynamisée in-situ est présentée par des cas réels de pollution des eaux souterraines par des éthènes polychlorés (DCE, TCE, PCE, CV, TCAA) et le Chrome VI.

Organisateur : HPC ENVIROTEC

Quelles stratégies et outils de prélèvement d’eau multiniveaux pour mieux caractériser une pollution concentrée ?

Mardi 29 nov. 15h55
16h40

Présentation

Français

Les processus spécifiques de migration dans les aquifères des polluants non miscibles à l’eau (NAPL) tels que les hydrocarbures pétroliers et les dérivés halogénés sont connus, avec une répartition préférentielle du NAPL (phase organique) dans la zone de battement de la nappe pour les hydrocarbures pétroliers, et une répartition discrète sous forme de lentilles ou de gouttelettes dispersées de faible dimension dans l’aquifère pour les composés organo-halogénés volatils. Néanmoins, les conséquences pratiques de cette répartition spatiale fortement hétérogène du NAPL au sein de la zone source sur les concentrations dans l’eau (à proximité de la zone source) sont trop peu souvent étudiées, en témoignent les pratiques usuelles d’échantillonnage fondées sur le pompage de la colonne d’eau présente dans le puits. Or la connaissance de la répartition, en 3 dimensions, des concentrations et/ou des flux en composés dissous dans la nappe à proximité de la zone source (volume de sol contenant du NAPL) permet de : - cartographier les contours de la zone source et des panaches avec plus de précision qu’un prélèvement moyen dans un piézomètre - évaluer les cinétiques de dissolution du NAPL au droit de la zone source. En effet, l’acquisition des flux massiques de composés dissous transportés par la nappe à proximité de la zone source permet d’estimer à l’instant du prélèvement la masse s’échappant de la zone source et alimentant le panache. Cette information est utile pour (i) mieux estimer la durée de vie de la zone source et (ii) mieux estimer le transfert des polluants et donc choisir/dimensionner une solution de gestion. La communication orale tentera de préciser le contexte, les enjeux et quelques propositions méthodologiques en s’appuyant plus particulièrement sur les résultats d’un projet de recherche co-financé par l’ADEME (PEMN, 2011-2016). Ce projet vise le développement d’un nouveau préleveur d’eau multi-niveaux et sa comparaison avec différentes méthodes et outils de prélèvement (eau interstitielle ; outils posés dans un piézomètre : PDB, DMLS, pompage entre joints, snap sampler, PFM).

Organisateur : BURGEAP

Mise en oeuvre de la phytostabilisation pour le réaménagement d'un ancien crassier

Mardi 29 nov. 16h50
17h35

Présentation

Français

Dans le cadre de la fermeture d’un crassier historique de 3,5 ha situé sur son aciérie de Rive de Giers (42), la société INDUSTEEL France (groupe ArcelorMittal) a souhaité mettre en œuvre une technique novatrice de réaménagement par phytostabilisation. Pour cela des expérimentations ont été réalisées à l’échelle pilote entre 2010 et 2014 dans le cadre du programme de recherche Physafimm, mené par l’Ecole des Mines de St Etienne et financé par l’ADEME. A l’issue de cette phase d’essais, qui a permis de sécuriser le projet en amont, les travaux ont débuté en novembre 2015 par le remodelage du crassier, sous maîtrise d’œuvre d’ICF Environnement, afin de préparer son intégration paysagère. Ils seront suivis de travaux de végétalisation avec l’ensemencement d’un cortège de graines métallicoles sélectionnées sur un « sol » amendé spécifiquement. Ceci pour implanter une diversité végétale assurant l’insertion paysagère et environnementale de l’ancien crassier et maitrisant de façon pérenne ses éventuels impacts : envols de poussières, infiltrations vers la nappe phréatique et ruissellement. Notre présentation montrera comment la phase de recherche et développement a permis de démontrer l’applicabilité de cette technique innovante, comment les résultats de R&D ont pu être valorisés dans le contexte administratif et méthodologique français de la gestion des sites et sols pollués, quelles sont les incertitudes résiduelles associées à la phytostabilisation et comment les essais de faisabilité menés en amont permettent de réduire autant que possible ces incertitudes.

Organisateur : ICF ENVIRONNEMENT

Caractérisation, optimisation et suivi géophysique du pompage de phase dense (DNAPL) en milieu aquifère

Mercredi 30 nov. 09h30
10h15

Présentation

Français

L’objectif de cette présentation est de présenter les résultats du projet de recherche SILPHES (Solutions Innovantes de Lutte
contre les Produits Halogénés dans les Eaux Souterraines) concernant le traitement des sources de DNAPL (Dense Non Aqueous Phase Liquid) au droit des casiers expérimentaux implantés sur le site expérimental...

Organisateur : SERFIM

Le terreau industriel : un produit de valorisation des sols traités

Mercredi 30 nov. 10h25
11h10

Présentation

Français

La valorisation des sols traités est une priorité pour BIOGENIE ainsi que pour l’ensemble des acteurs impliqués dans la gestion des sites et sols pollués. Les installations de stockage de déchets, les anciennes carrières, mines ou tout simplement d’anciens sites dégradés ont des besoins ponctuels ou réguliers de matériaux dans le cadre de leur réaménagement et leur végétalisation. L’initiative de BIOGENIE et de SEMAVERT concerne la fabrication d’un produit constitué de sols biotraités et de compost qui permet de combler ces besoins et qui constitue une alternative à la terre végétale. Notre produit qui présente un intérêt agronomique et écologique, nommé « Terreau Industriel » vient s’inscrire en tout point dans le concept d’économie circulaire et du développement durable. BIOGENIE s’est entouré dans la réalisation de ce projet d’un bureau d’étude environnement (SOLER Environnement) et de l’Université d’Evry. Le projet de démonstration repose sur 4 planches d’essais présentant différents type d’amendement et de sols traités et sur un suivi régulier des percolats et des lixiviats générés. Un suivi agronomique a également été réalisé tout au long du projet de manière à suivre et comparer l’évolution du développement des différentes essences végétales sur chacune des planches d’essais.

Organisateur : BIOGENIE EUROPE

Reconquête du foncier urbain : la démarche REFRINDD : accompagner les acteurs de la requalification des friches industrielles potentiellement polluées dans une démarche durable

Mercredi 30 nov. 15h00
15h45

Présentation

Français

Le développement urbain génère une pression foncière devenue progressivement une préoccupation majeure des agglomérations. Comment maîtriser la consommation des espaces vierges, périurbains et agricoles qui en découle ? Le souci de préserver ces espaces ou de repenser les aménagements existants au sein des agglomérations conduit à requalifier les friches. Ces dernières présentent une formidable opportunité de reconquête du foncier à l’échelle de la ville. Mais si des espaces en friche sont encore non aménagés au cœur des villes, ils le doivent souvent à leur historique industriel parfois ancien, à leur passif environnemental et social réel ou supposé, et à une répartition des responsabilités, ainsi qu’à des procédures et des montages financiers complexes. La requalification des friches industrielles, en particulier de grande étendue ou complexes de par les pollutions présentes, doit intégrer des objectifs multiples et parfois contradictoires au sein d’une approche alliant réhabilitation et (ré)aménagement. Elle nécessite ainsi une coordination encore plus étroite que sur les espaces urbains ou les sites pollués classiques : gestion concomitante de la pollution et du foncier, modifications parcellaires entre anciennes emprises de sites et projets d’aménagement, intégration des différentes échelles spatiales de l’aménagement urbain, mobilisation des multiples parties prenantes, phasage temporel des lots progressivement aménagés, etc. Elle nécessite aussi de recourir à des compétences multidisciplinaires, de chercher à anticiper et à gérer les risques, en considérant l’ensemble des enjeux sanitaires et environnementaux, mais aussi économiques, réglementaires et sociaux sur toute la durée du projet. Une démarche intégrée doit être entreprise à l’échelle du territoire pour optimiser et prioriser les scénarios de requalification des friches urbaines. C’est ce que propose la démarche française REFRINDD (1) , élaborée dans le cadre du projet REFRINDD (2) par des urbanistes, experts et chercheurs en gestion de sites et sols pollués. Cette démarche s’adresse aux décideurs et porteurs de projets de réhabilitation et de réaménagement des friches industrielles complexes, potentiellement polluées, souhaitant être accompagnés dans une démarche durable et intégrée. REFRINDD propose une démarche de projet commune, partagée entre tous les acteurs impliqués dans la réalisation d’un projet de requalification de friche. L’approche comprend une méthodologie déclinée en six étapes qui couvrent les toutes premières intentions de réaménagement jusqu’à la réalisation du projet et son évaluation finale. Elle prend la forme d’un manuel (1) et d’un prototype d’outil testé sur des cas d’études. La méthodologie proposée permet notamment, étape par étape, d’évaluer et identifier les contraintes et retombées environnementales, économiques et sociales associées à un projet de requalification à différents stades de la réhabilitation et du réaménagement de la friche. Pour chacune des étapes, le manuel informe sur les objectifs de l’étape concernée les prérequis demandés avant de démarrer ; les acteurs impliqués et leurs rôles à ce stade ; les actions / tâches à remplir, et recommandées pour mener à bien l’étape concernée ; ainsi que les échelles (spatiales) de réflexion. L’identification des contraintes et la comparaison de différents scénarios de réhabilitation ou de réaménagement sont proposées à l’aide d’analyses multicritères. La démarche intègre les contraintes associées à la réhabilitation de zones polluées (polluants, contexte environnemental, techniques de dépollution, etc.) et au projet de réaménagement prévu sur la friche (mixité des usages, architecture, paysage, accès aux transports, etc.), en cohérence avec les référentiels existants (norme NF-X-31-620, approche AEU2, etc.). La mise en place de la méthodologie est accompagnée d’un prototype d’outil destiné à aider les opérateurs du projet dans la discussion et la prise de décision sur les scénarios de requalification les plus durables possibles à l’échelle d’une friche. Ce prototype d’outil développé sous un logiciel usuel largement répandu (Excel®), permet de comparer des variantes de scénarios d’aménagement en intégrant les options de réhabilitation afin de les hiérarchiser au regard de leur durabilité, des attentes de la population et des ambitions des élus. Couplés, la méthodologie et le prototype d’outil proposent une démarche fédératrice de suivi et d’appui à la requalification durable des friches. Testés sur 3 grands projets de requalification de friches (Roubaix-Tourcoing, Grand Lyon et Valenciennes), les produits du projet de Recherche et Développement REFRINDD pourraient offrir de nouvelles possibilités de développement opérationnel. (1) LIMASSET E., FOURNY S., COLLET J.-L., MICHEL P., ALARY C., LABOUDIGUE A., 2015. Approche REFRINDD pour accompagner les acteurs de la requalification des friches industrielles potentiellement polluées dans une démarche durable : guide méthodologique et prototype d’outil d’accompagnement. ADEME, 104 pages. (2) REFRINDD (Redéveloppement de friches industrielles prenant en considération le développement durable – [2012-2015]) est un projet cofinancé par l’ADEME. Le partenariat comprend le BRGM, ARTELIA, Mines ParisTech, Mines Douai, Jean-Luc Collet Architectes

Organisateur : ARTELIA EAU & ENVIRONNEMENT

Retours d’expérience de la mise en sécurité d’un ancien site industriel (SUTE à PONT A MOUSSON) – Travaux de dépollution d’une source concentrée en solvants chlorés en milieu urbain très contraint et surveillance environnementale pendant et après travaux

Mercredi 30 nov. 15h55
16h40

Présentation

Français

Après accord du ministère chargé de l’Ecologie, il a été confié à l’ADEME, par voie d’arrêté préfectoral, la maîtrise d’ouvrage des opérations de mise en sécurité de l’ancienne Société d’Usinage de Tubes Électriques (SUTE), en lieu et place de l’ancien exploitant (arrêté préfectoral de travaux d'office n°2012/202 du 06/12/11).

Dans...

Organisateur : ERG ENVIRONNEMENT (MOE ADEME)

Le fond géochimique, un levier pour l’économie circulaire en matière de terres excavées en Ile-de-France et en Normandie

Mercredi 30 nov. 16h50
17h35

Présentation

Français

Avec un taux de recyclage des déchets de seulement 6% et des besoins en apport de matériaux importants, le secteur des déchets du BTP représente un enjeu majeur de l’économie circulaire en Île-de-France et en Normandie. Le réemploi des terres excavées en est l’une des composantes à fort potentiel de développement. Dans le cadre des pratiques de réemploi des terres, la notion de maintien de qualité est centrale : les composés et leurs teneurs dans les terres d’apport doivent être en cohérence avec les celles déjà présentes sur le terrain receveur. Les acteurs de l’aménagement sont pourtant confrontés à un vide règlementaire et à l’absence de seuils de référence encadrant la réutilisation hors site et les échanges de terres inter chantiers. En évitant la caractérisation systématique du terrain receveur, une connaissance générale des concentrations diffuses – par type de zones (résidentielles, industrielles, …) – permet d’accélérer la vérification de la compatibilité des terres d’apport avec l’usage prévu sur le terrain receveur. Un état des lieux territorial des concentrations dans les sols est par ailleurs valorisable dans des contextes variés, en particulier pour faciliter l’interprétation des diagnostics en sites et sols pollués. Soutenu par l’ADEME, les régions Île-de-France et Normandie et l’Etat, le projet GEOBAPA a pour objectif d’élaborer un référentiel de bruit de fond géochimique en Île-de-France et en Normandie. Portée par SOLTRACING, BG Ingénieurs Conseils et GEOVARIANCES, la première phase du projet bénéficie de l’expertise technique du BRGM et de la contribution de divers maîtres d’ouvrage. Les intervenants expliqueront en quoi le référentiel de fond géochimique peut d’une part constituer un levier pour l’économie circulaire en matière de terres excavées. D’autre part ils évoqueront l’intérêt d’un tel support pour faciliter l’interprétation du diagnostic en sites et sols pollués. Puis ils présenteront les outils envisagés pour la collecte et la centralisation des données. Enfin, ils proposeront une vision prospective sur le format final et les usages potentiels du référentiel par les acteurs du secteur. Les participants seront invités à échanger sur ces sujets avec les porteurs du projet.

Organisateur : ADEME

Dépollution - Fiabilité des estimations des quantités de terres à traiter : retour d’expérience sur 23 sites industriels (Projet RECORD)

Jeudi 1 dec. 10h25
11h10

Présentation

Français

L’économie globale d’un projet de dépollution est fortement dépendante des quantités de sol à excaver, traiter, puis à réutiliser ou à éliminer. Selon le contexte et l’intensité de la caractérisation, on peut pourtant observer des écarts significatifs entre les volumes à dépolluer estimés au stade de l’investigation et la réalité de la dépollution, pour de multiples raisons : complexité et hétérogénéité de la pollution, données insuffisantes, compréhension inadéquate du contexte de pollution, etc. Un projet méthodologique a été financé en 2015 pour explorer cette question, par le réseau RECORD de recherche coopérative sur les déchets et l’environnement, composé de membres industriels et institutionnels. Sur la base d’un retour d’expérience sur 23 cas de sites industriels, le projet avait pour objectif d’évaluer les principaux critères pouvant influencer la cohérence entre les estimations de diagnostic et les résultats de dépollution. Les facteurs favorisant la qualité des prédictions ou au bien contraire responsables d’erreurs significatives d’estimation sont discutés dans le détail : qualité / quantité / nature des données de diagnostic, caractéristiques de la pollution, méthode d’estimation des volumes, type de dépollution, efficacité des contrôles en cours de dépollution, etc. Cette analyse a été complétée par une enquête auprès des acteurs de la gestion des sites pollués, qui met en évidence leur perception des facteurs induisant des incohérences entre diagnostic et dépollution, ainsi que l’ampleur et la fréquence de ces écarts. Sur cette base, des recommandations opérationnelles ont pu être dégagées pour améliorer les estimations des quantités de terres à traiter et optimiser l’effort financier associé. Les principaux résultats de l’étude et des recommandations pratiques seront exposés durant l’intervention, et illustrés au travers de quelques exemples-clés.

Organisateur : ADEME

Apport et limites des techniques de Soil mixing pour les projets de dépollution in situ

Jeudi 1 dec. 11h20
12h05

Présentation

Français

L’efficacité des solutions de dépollution in situ des sols peuvent être limitées dans certaines géologies complexes par la réalité du contact entre l’agent actif et le polluant dans les sols. Les techniques de Soil Mixing se sont développées ces dernières années car elles peuvent répondre à cette problématique. Sol Environment se propose dans cette conférence de réaliser un retour d’expérience de plusieurs années d’utilisation des techniques de Soil mixing que ce soit en réduction, en oxydation ou en immobilisation. Les différents types d’équipements disponibles seront présentés ainsi que les domaines d’application, les gammes de coûts et les limites de chaque technique. Cette conférence sera basée sur des présentations d’études de cas.

Organisateur : SOL ENVIRONMENT

Présentation du guide sur le Bilan Coûts Avantages (BCA)

Jeudi 1 dec. 12h15
13h00

Présentation

Français

Le bilan coûts-avantages (BCA), exercice qui constitue une partie centrale du plan de gestion (PG), vise à définir la meilleure stratégie possible pour parvenir à l’objectif du PG, à savoir la maîtrise des sources de pollution et de leurs impacts sanitaires et environnementaux. Sur la base du retour d’expérience de professionnels des SSP et de donneurs d’ordres, le « Guide méthodologique sur le bilan coûts-avantages adapté au contexte de gestion en sites et sols pollués » propose une démarche qui s’inscrit dans le cadre de la méthodologie nationale française de gestion des sites et sols pollués. Le guide a été élaboré par Arcadis ESG pour le compte de l’UPDS, et cofinancé par l’ADEME. Un comité de suivi a accompagné l’élaboration du guide. Il était constitué de l’UPDS, de l’ADEME, du Ministère en charge de l’environnement, ainsi que de maîtres d’ouvrages publics et privés,

Organisateur : UPDS et ARCADIS

Nouveau procédé de traitement des sols pollués par perchlorate, par SUEZ

Jeudi 1 dec. 14h05
14h50

Présentation

Français

Le perchlorate d’ammonium est un oxydant utilisé comme combustible dans les domaines de l’aérospatial et de l’armée. Très soluble dans l’eau, il pose des problèmes sanitaires notamment en tant que perturbateur endocrinien. L’ANSES a fixé un seuil à 15 µg/L pour la qualité des eaux de boisson en France. Le perchlorate devient aujourd’hui un enjeu environnemental majeur et peut être considéré comme un polluant émergeant sur le marché Français des sites et sols pollués. Bien que très stable dans le milieu naturel, le perchlorate est biodégradable en condition anoxique où il est utilisé comme accepteur terminal d’électron à la place de l’oxygène. Les bactéries impliquées sont ubiquistes et souvent également capables de « respirer » les nitrates. Dans le cadre de la gestion d’un site pollué, il est toujours préférable de traiter les sols avant que le polluant ne migre dans la nappe phréatique. En effet, les traitements de nappe sont souvent plus longs et plus couteux que les traitements de sol. Ainsi, SUEZ a travaillé sur le traitement biologique d’un sol pollué par perchlorate. Les résultats du projet BIODECHLOR (AXELERA PCB) qui portait sur le traitement de sol/sédiment pollué par PCB ont été valorisés et ont permis la conception d’une biotertre hors sol permettant d’atteindre et de maintenir les conditions d’anoxie optimum à la biodégradation du perchlorate. Environ 2000T de sol pollué par perchlorate à des concentrations comprises entre 90 et 245 mg/kg ont été excavés et traités en biopile anoxique. L’ensemble de l’opération de dépollution sera présentée depuis sa conception jusqu’à la réalisation sur site en passant par l’étude de faisabilité au laboratoire. L’installation du biotertre sera présentée ainsi que les dispositifs utilisés pour limiter la pénétration de l’oxygène dans le sol. Les paramètres critiques seront présentés. Le traitement a permis en seulement 2 mois d’atteindre une concentration résiduelle en perchlorate inférieure à 5 mg/kg, seuil permettant une réutilisation des terres sur site.

Organisateur : SUEZ

Gestion globale et raisonnée d’une pollution métallique

Jeudi 1 dec. 15h00
15h45

Présentation

Français

Contexte : dépollution hors site de sédiments de canal impactés par des métaux, dans le cadre de la remise en état pour restitution du terrain en fin de location. Réalisation des différentes étapes de gestion des sites et sols pollués : - Diagnostic, Proposition d’objectifs et stratégies de dépollution en utilisant les outils du guide de pollution concentrée - Conception des travaux, essais pilotes : Réflexion sur les filières d’élimination, de valorisation, Essais pilotes pour la préparation des matériaux et le prétraitement sur site - Réalisation des travaux, - Réception, ARR, bilan matière La définition des objectifs et stratégie de dépollution sur la base des outils du guide de pollution concentrée a permis un cadrage transparent et argumenté de l’opération de remise en état. Le rapport correspondant a servi d’outil de communication et de validation de la part de l’ensemble des acteurs impliqués (industriel, propriétaire, Dreal).

Organisateur : SUEZ

La gestion des sites pollués par des composants mercuriels : retours d’expériences

Jeudi 1 dec. 15h55
16h40

Présentation

Français

La problématique mercure au sein des sols pollués reste particulièrement sensible : - Risque sanitaire lors de l’extraction des matériaux impacté - Faible nombre de filières susceptibles d’accepter les terres présentant des fortes teneurs en mercure. BIOGENIE a pu réaliser ces 3 dernières années plusieurs projets de gestion du mercure sous différentes formes et différentes concentrations. BIOGENIE propose de présenter : - L’identification des différentes formes de mercure pour une meilleure approche travaux o Réalisation d’analyses de spéciation du mercure o Détermination des risques de volatilisation du mercure - La stabilisation/solidification des sols impactés - La réalisation d’essais pilotes de désorption thermique en vue d’un traitement sur-site ou in-situ ; - Les faits marquants d’un projet d’excavation et gestion hors-site o Les contraintes QHSE o Le transport transfrontalier o La récupération et la gestion de produit en phase libre Ces thématiques seront suivies au travers d’exemples concrets de BIOGENIE.

Organisateur : BIOGENIE EUROPE

Caractérisation d’une pollution concentrée de type hydrocarbures pétroliers. Mise en œuvre de stratégies d’échantillonnage multicompartiments et d’outils innovants d’interprétation.

Jeudi 1 dec. 16h50
17h35

Présentation

Français

Dans le cadre d’un plan de gestion d’une friche dont le milieu souterrain est pollué par différentes coupes pétrolières, un diagnostic approfondi de pollution a été mis en œuvre avec différentes stratégies d’échantillonnage et d’analyse multi-matrices (NAPL [phase organique], sols, eau, gaz) ont été mises en œuvre. L’interprétation des données s’est appuyée sur l’utilisation de trois logiciels : • OREOS, en vue de préciser la répartition de la pollution dans les différentes matrices du milieu souterrain (NAPL, dissoute, gazeuse, sorbée) à partir des concentrations en hydrocarbures dans les sols mesurées par le laboratoire d’analyse. Cette interprétation permet ainsi de préciser la présence/absence de NAPL dans chacun des échantillons de sols et la saturation en NAPL associée. La confrontation des données de terrain et de la littérature a ensuite permis d’estimer la saturation résiduelle en NAPL compte tenu des caractéristiques pétrophysiques, hydrauliques et pollution du site ; • LDRM, pour estimer l’épaisseur totale de NAPL et l’épaisseur de NAPL théoriquement mobilisable à partir des épaisseurs de « flottant » mesurées dans les puits du site et des propriétés des sols et du NAPL ; • SOILREMEDIATION, en vue d’estimer le volume et les incertitudes associées de plusieurs grandeurs : masse de NAPL, masse de NAPL théoriquement mobilisable, volume des zones de pollutions concentrées et masses de polluants associées. La valorisation de ces résultats a été faite dans le Plan de gestion, et plus particulièrement dans l’analyse coûts/bénéfices de différentes techniques de dépollution, dont l’une d’entre elles a fait l’objet d’une expérimentation pilote sur le site.

Organisateur : BURGEAP

Etude de cas : De l'essai de traitement à la mise en oeuvre du procédé de dépollution

Jeudi 1 dec. 9h30
10h15

Présentation

Français

COLAS ENVIRONNEMENT propose à travers cette présentation d’exposer un retour d’expérience précis sur un chantier technique de dépollution in situ. De l’Appel d’offre à la réalisation du chantier, nous avons réalisé différents points d’arrêts pour : - Mettre en œuvre des essais de faisabilité dimensionnant, - Affiner le dimensionnement initial du procédé de traitement et caractériser précisément les zones d’impacts, - Mettre en œuvre et exploiter le process de dépollution in-situ breveté par COLAS ENVIRONNEMENT. Le site lié à cette étude de cas correspond à un site industriel en activité impacté sur une d’environ 4 500 m² par des hydrocarbures totaux au droit des zones non saturées et saturées. Les impacts s'étendent verticalement entre 0 et 7 m de profondeur dans des remblais surmontant des marno-calcaires. Le niveau des eaux souterraines est très hétérogènes puisque compris entre 5 et 9 m de profondeur. Notons qu’une phase flottante d’hydrocarbure est présente au toit de la nappe. L’origine de cette pollution a été préalablement mise en évidence lors de diagnostics de bureaux d’études et toutes les mesures nécessaires à la suppression des sources ont été prises. Une première série d’essais a été réalisée par COLAS ENVIRONNEMENT sur le site sujet du présent retour d’expérience avec notamment des essais courts termes de pompage, extraction sous vide, (bio)venting. Une étude des cinétiques de réalimentation de phase flottante dans les ouvrages piézométriques a également été mise en œuvre. Par la suite, un essai longue durée de bioventing a permis d’affiner l’ensemble des dimensionnements et de comprendre les mécanismes biologiques à l’action sur le site. A ce jour, les essais ont permis à COLAS ENVIRONNEMENT de mettre en œuvre sur site une technologie de traitement des sols et de la nappe phréatique brevetée dont le principe sera détaillé. Les résultats obtenus après 12 mois de traitement vous seront exposés et un regard critique sera apporté sur la stratégie, la méthodologie de gestion et les aspects de sécurisation de projet adoptés.

Organisateur : COLAS

ID Friches : une réponse collective et innovante pour accélérer la reconversion des fiches en Auvergne-Rhône-Alpes

Vendredi 2 dec. 09h30
10h15

Présentation

Français

Avec 2500 ha de terres agricoles qui disparaissent chaque année et un millier de sites pollués recensés, la reconquête des friches est un enjeu crucial en termes d’aménagement du territoire, de capacité de développement, de qualité de vie et de santé publique.
En janvier 2015, la Région Auvergne Rhône-Alpes a lancé une dynamique de «...

Organisateur : AXELERA

Facteurs influençant les variations de concentrations en tétrachloroéthylene dans les gaz du sol et l’air intérieur d’un site atelier - Projet TEMPAIR

Vendredi 2 dec. 10h25
11h10

Présentation

Français

La reconversion urbaine nécessite sur les sites à passif environnemental d’évaluer des risques pour la santé potentiellement induits par l’existence de pollutions volatiles dans le milieu souterrain. Ces études reposent actuellement en grande partie sur la modélisation prédictive des transferts des pollutions volatiles vers l’air intérieur à partir de concentrations mesurées ponctuellement dans les gaz du sol. Dans cette approche combinant mesures et modélisation, la confiance accordée à l’évaluation repose sur la compréhension des phénomènes gouvernant les transferts des polluants. A partir des travaux de FLUXOBAT [1] mettant en exergue la complexité des mécanismes en jeu et la variabilité spatio-temporelle des concentrations et des transferts, le projet TEMPAIR a permis de compléter l’analyse des facteurs d’influence sur les concentrations dans les gaz du sol et dans l’air intérieur. L’influence de la pluie, de la température, du vent, de la pression atmosphérique, des conditions de stabilité atmosphérique et de la variation du niveau de nappe ont été étudiés à la fois par l’interprétation de mesures discrètes ou continues réalisées sur le site atelier et par la modélisation numérique 2D transitoire du panache gazeux. Ces travaux ont été conduits dans le cadre du Projet TempAir (BURGEAP, INERIS) cofinancé par l’ADEME. Les partenaires du projet remercient l’ADEME et le propriétaire du site atelier pour sa mise à disposition.

Organisateur : BURGEAP

Réhabilitation durable du grand terril de chrome de wattrelos par la technique de la bio-précipitation in situ

Vendredi 2 dec. 11h20
12h05

Présentation

Français

La technique de la bioprécipitation in situ, aussi appelée IRZ (In Situ Reactive Zone) est un traitement biologique qui permet, en conditions anaérobies, la précipitation des métaux. Le principe repose sur la stimulation de la croissance de microorganismes par l’ajout maîtrisé de substances nutritives naturelles (telles que la mélasse) qui vont modifier les conditions physiques du milieu et engendrer la précipitation des métaux sous forme non soluble et beaucoup moins toxique que le produit de départ. Cette technique est actuellement mise en œuvre sur le Grand Terril de Chrome de PCUK à Wattrelos (59), situé au sein d’une vaste friche industrielle en cours de réhabilitation, afin d’abattre la pollution en Cr VI.

Organisateur : ARCADIS

Gestion des sédiments pollués aux métaux lourds, hydrocarbures et PCB

Vendredi 2 dec. 12h15
13h00

Présentation

Français

Ancien site industriel de fabrication de matériel de manutention, un étang récupérait les eaux de surfaces et pluviales de l’usine pour sédimentation. Le site, sensible en termes de risque d’inondations et de dispersion des PCB dans le milieu fluvial, est suivi par les autorités françaises. Une estimation bathymétrique a permis d’estimer les volumes des sédiments. Des analyses chimiques ont permis de choisir le mode de travaux minimisant les coûts de filière. L’étang a été dragué en 2016 par barge fraiseuse aspiratrice et les eaux chargées traitées en ligne par floculation puis essorage en circuit fermé sur poches filtrantes. Après déshydratation et réanalyse les sédiments ont été envoyés en filières agréés.

Organisateur : SUEZ

Twitter